Tournée d'automne : les 10 joueurs à redouter pour les Bleus

En novembre, le XV de France dispute trois test-matchs contre les Samoa, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Parmi ces adversaires, les Bleus devront particulièrement se méfier de 10 joueurs souvent décisifs dans leur sélection respective.

Les Samoans

Census Johnston : à 35 ans, le plus célèbre joueur de la « Manu Samoa » étrennera sa 55e cape internationale. Du haut de son mètre 91 et fort de ses 135 kg, le pilier samoan est toujours un élément-clé au Stade toulousain, avec qui il a remporté deux titres de champion de France (2011 et 2012) ainsi qu'une coupe d'Europe (2010).

Paul Williams : ancien champion de Nouvelle-Zélande avec Canterbury, le Samoan de 33 ans évolue depuis cinq ans au Stade français. Après une grave blessure en 2014, le trois-quarts centre a retrouvé la saison dernière toute sa puissance physique et sa capacité à briser les défenses adverses.

Les Australiens

Rory Arnold : pour sa première année sous le maillot des Wallabies, le deuxième ligne de 2,08 m pour 120 kg a déjà apporté un impact physique remarqué lors de ses sept titularisations internationales. À 26 ans, il représente l'avenir de la sélection australienne.

David Pocock : excellent plaqueur et récupérateur de ballon, David Pocock est considéré comme un des meilleurs troisièmes lignes au monde. À 28 ans, le puissant Australien est également polyvalent. Comme contre le Pays de Galles, où il jouait pour la première fois en numéro 6, il pourrait s'aligner dans le côté fermé face à la France.

Bernard Foley : nommé homme du match lors du dernier succès des Wallabies face aux Gallois (32-8), le demi d'ouverture australien brille par sa vitesse et son habileté au pied. Vainqueur du Super Rugby avec le club des Waratahs en 2014 et finaliste de la Coupe du monde 2015 avec l'Australie, il semble, à 27 ans, au sommet de son art.

Tevita Kuridrani : à 25 ans, le trois-quarts centre d'origine fidjienne a soif de revanche après une année 2016 jusque-là mitigée. Écarté par le sélectionneur australien en cours de saison, il a retrouvé sa place de titulaire contre le Pays de Galles, en profitant pour marquer un bel essai sur l'aile.

Adam Coleman : comme Rory Arnold, le deuxième ligne Adam Coleman s'est illustré par sa puissance depuis ses débuts internationaux en juin. Titularisé à huit reprises, le colosse de 2,04 m pour 122 kg ne doit pas être pris à la légère par les Bleus.

Les Néo-zélandais

Beauden Barrett : champion du monde avec la Nouvelle-Zélande en 2015, Beauden Barrett a pris cette année la succession de Dan Carter au poste de demi d'ouverture en équipe nationale. À 25 ans, le talentueux All Black fait tellement l'unanimité qu'il a été nominé pour le titre de meilleur joueur du monde en 2016.

Aaron Smith : brillant lors de l'écrasante victoire de la Nouvelle-Zélande contre l'Afrique du Sud en août (42-8), Aaron Smith s'est montré moins convaincant lors de la récente défaite face à l'Irlande (29-40). Incontournable avec les All Blacks depuis quatre ans, le demi de mêlée de poche (1,71 m) demeure une menace de taille pour les Bleus.

Dane Coles : en lice pour le titre de meilleur joueur du monde en 2016, Dane Coles est l'archétype du talonneur moderne. Solide, véloce et mobile, il est devenu un élément indispensable de la sélection néo-zélandaise, qu'il a conduite au titre mondial en 2015.