Cartographie du rugby français

Considéré comme le berceau de l'ovalie, le Sud-ouest n'est pas la seule région de France où le rugby est populaire, loin de là. Tour d'horizon des places fortes du rugby français.

Paris

Introduit par les Britanniques vers 1870, le rugby français a vécu ses premières heures au Havre, avant de se développer à Paris dans trois principaux clubs : le Racing Club de France, le Stade Français et l'Olympique. Entre 1892 et 1898, les Parisiens ont remporté les sept premières éditions du championnat de France, jusqu'à l'avènement du Stade Bordelais en 1899. L’Olympique ayant fusionné avec le Racing en 1902 il n’existe aujourd'hui plus que le Racing 92 et le Stade Français qui font toujours figure de forteresses dans l'Hexagone, entraînant dans leur sillage d'autres clubs franciliens comme Massy et Bobigny (Fédérale 1).

Le Sud-ouest

Terre de référence en matière d'ovalie, le Sud-ouest est la région où la pratique du rugby est la plus populaire. Parmi tous les départements français, les Pyrénées Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Landes et le Gers comptent ainsi plus de 2 000 licenciés pour 100 000 habitants, talonnés de près par le Lot-et-Garonne. Cet engouement se traduit par une large représentation au niveau professionnel : Bayonne  et Pau en TOP 14 ; Agen, Biarritz, Colomiers, Dax et Mont-de-Marsan en PRO D2. Sans oublier les clubs historiques : Tarbes, Lourdes, Auch et bien d'autres. De l'autre côté de la Garonne, le Sud-ouest regorge aussi de hauts-lieux du rugby avec Castres, Montpellier et Toulouse en TOP 14, Albi, Béziers, Carcassonne, Montauban, Narbonne et Perpignan en PRO D2. À elle-seule, la région abrite plus de la moitié des clubs professionnels français.

Le centre de la France

Plus au nord, la culture du rugby est également solidement implantée dans les régions Auvergne et Limousin. Derrière les locomotives du TOP 14 que sont Clermont et Brive, Aurillac constitue une valeur sûre de PRO D2 tandis qu'en Fédérale 1, Tulle et Limoges tentent de renouer avec leur glorieux passé.

Le Rhône-Alpes

Plus à l'est, entre vallées et montagnes, le Rhône-Alpes a retrouvé son lustre d'antan avec le retour de Lyon et Grenoble en TOP 14, mais aussi Oyonnax et Bourgoin-Jallieu, qui tentent de les rejoindre en élite. La région d'ailleurs ne manque pas de potentiels avec quatre clubs en Fédérale 1 : Bourg-en-Bresse, Chambéry, Valence-Romans et Villeurbanne.

La Côte Atlantique

Moins connue pour le rugby, la Côte Atlantique assiste néanmoins à un remarquable essor. Aux côtés de Bordeaux-Bègles et ses neuf titres de champion de France, La Rochelle est la révélation du TOP 14 depuis le début de la saison, un an seulement après sa montée en élite. D'autres clubs sont aspirés par l'élan rochelais, comme Vannes et Angoulême, promus en PRO D2 la saison dernière, ainsi que Saint-Nazaire, Nantes, Saint-Jean-d'Angély et Cognac, qui confirment la tendance en Fédérale 1.

La Côte d'Azur

Après les années fastes du Stade Niçois entre 1970 et 1985, Toulon a repris le flambeau à la fin des années 80. Depuis son retour en élite en 2008, le RCT a brillamment ravivé la tradition du rugby azuréen avec ses succès en TOP 14 et en Coupe d'Europe.